Quelques articles en Histoire et Archéologie




Retour à Del NogierRetour à l'Accueil


Le vieux moulin du Noger

par Jean-Philippe Miginiac

Cet article, écrit en Décembre 1992, a été publié dans le Tome 114 - 1992 du Bulletin de la Société Scientifique,
 Historique et Archéologique de la Corrèze (http://www.societe-historique-correze.org/)




Agrandir l'image



La lente décrue du lac de la Valette(1) a remis à jour tout le relief oublié de la vallée du Doustre, entre Saint-Pardoux-La-Croisille et Marcillac-La-Croisille. Les anciens ont retrouvé chaque parcelle, encore délimitée d'une vieille muraille ou d'un chemin, et la seule différence avec le temps d' "avant" tient à la couleur du paysage. On se souvenait d'un paysage de verdure, on retrouve un désert minéral que l'eau transforme encore en boue.

Le Doustre a retrouvé son lit, figé dans la masse d'eau immobile, et l'eau vive a très vite lavé ses pierres. Les mares noirâtres se sont évanouies peu à peu et ont laissé place à des prés craquelés où il n'est guère prudent de s'aventurer tant que le soleil n'aura pas réussi à durcir le sol. Dans ce paysage surprenant émerge, à mi-chemin entre le pont de Lantourne et le barrage de La Valette, un monticule de pierres, aboutissement d'une allée bordée de souches. Egarée contre ce qui reste d'un vieux mur écroulé, une meule de granit réveille toute une histoire engloutie, celle du vieux moulin du Noger.

Il y avait autrefois beaucoup de moulins tout au long du cours du Doustre. Celui-là s'appelait "moulin de Jaloux" et sa levade(2) est encore parfaitement visible entre l'entrée du moulin et le petit barrage qui l'alimentait. C'était le moulin où les habitants du Noger allaient moudre leur grain. La bonne odeur des farines de seigle et de blé noir mêlées semble encore chatouiller les narines des vieux quand ils évoquent des images lointaines où la vie se déroulait au pas lent des vaches attelées. Les chariots remontaient les sacs de farine au village et c'était le temps où le pain était encore synonyme de nourriture. Leurs souvenirs nous parlent encore de "Jaloux" comme de "leur" moulin.

Mais la mémoire ne suffit pas à évoquer l'histoire du moulin de Jaloux car beaucoup de générations y ont amené leur grain à moudre. C'est encore plus loin qu'il faut aller chercher les témoignages de son passé, en remontant les siècles. Les vieilles archives familiales ont heureusement préservé ce que les temps modernes ont enseveli. Elles n'ont, c'est vrai, ni l'image, ni l'odeur, ni le bruit des vrais souvenirs mais elles permettent d'en imaginer le contour et la trame. On y retrouve la plus ancienne mention du moulin de Jaloux dans un "Palpe du tènement de Batut", établi le 28 Octobre 1709(3).

" ....... a ete par moy jean Verdier arpenteur dela parroisse d'espaignac proudé alapalpe es arpentement du village du Nogier es tenement du Batut situé dans la parroisse de St Pardoux la Croizille ....... lequel village es tenement se confronte du coste de loriant avec la riviere du Doustre, du midy avec moulin es pre du Sieur Cure de Marcilhac, du couchant avec les appartenances du village de Charles es de septentrion avec le tenement des claris ..... 

" ...... une bouige appelée de Jalou qui confr(on)te a la riviere de Doustre es a la levade du moulin de Jalou ..... "

 

On ne sait depuis quand avait été construit ce moulin mais on peut imaginer qu'au moment où étaient écrites ces lignes, on entendait depuis longtemps les grincements de ses rouets de bois et les crissements de ses meules de granit dans la vallée du Doustre.

Comme beaucoup d'autres moulins, Jaloux était bien d'église et le curé de Marcillac en tirait revenu. Cette origine de propriété écclésiastique ajoute à son histoire et nous en laisse un nouveau témoignage. La Révolution, en effet, allait très vite en déposséder la cure de Marcillac. Devenu Bien National(4), le Moulin de Jaloux allait être estimé à dire d'expert le 15 Novembre 1790(5).

" ......... Et advenant ledit jour quinzieme du courant, à l'heure de sept du matin, assisté des(its) officiers municipaux avons été conduits sur led(it) moulin appelé de Jaloux situé dans lad(ite) parroisse de St Pardoux la Croizille dependant du Benefice, cure de la parroisse de Marcillac, et ayant exactement examiné l'état de ce moulin que nous aurions trouvé à deux meules tournantes, une a froment, l'autre à seigle, celle du premier ayant trois pieds six poulces de diametre et cinq poulces d'épaisseur à l'oüil(6), la dormante de dessous asix poulces d'épaisseur sur les bords.

" Le moulin à seigle, la meule tournante à quatre pieds de diamètre sur l'épaisseur de quatre poulces à l'oüil et deux sur les bords, la dormante aussi six poulces sur les bords.

" Les deux tranchées, les macts, chenaux, poutres, meulaires et autres boisures sont en très mauvais etat, un des Rouets qu'à demi usé, l'autre bon de service,les coudents sont percés, la poutrerie est aussi en mauvais etat, les bois parroissent pourris, la charpente du moulin ainsy que les poutres et portes sont plus qu'à demi usés, et des murs de ce moulin, et autres batiments tels qu'une loge, sont crevassés et menacent ruine par vétusté en leur entier, lécluse du moulin servant à conduire l'eau aud(it) moulin, à l'extrémité de laquelle prés est une crevasse de quatorze pieds de long sur quatre et demi de large, qui a besoin d'etre refaite, il manque aussi des pierres en divers endroits de lad(ite) ecluse; Ce moulin a toutte l'eau suffisante, étant situé sur un grand ruisseau et assés commodément, le produit annuel duquel moulin et péchérie nous estimons, déduction faite des réparations, charges et impositions et d'après les renseignements que nous avons pu nous procurer pour les chalants dud(it) moulin, etre evaleur de cinquante quatre livres....cy 54

" Et attenant led(it) moulin est un petit jardin, courtil et pactus de contenance dune seterée(7) que nous estimons, touttes charges déduites, être de revenu net de trois livres....cy 3

" Le pré au dessous dud(it) moulin de contenance de huit seterées, onze coupes et un quart que nous estimons etre de revenu net, charges déduites, attendu qu'on nous a présenté un traité duquel il resulte que certains parroissiens de cette paroisse ont droit de paccages sur led(it) pré dès le quinze aoust jusqu'au vingt cinq mars de chaque année, lequel droit d'uzine n'a point été contesté, cependant nous estimons le revenu dud(it) pré etre annuelement de la somme de quarante livres....cy 40

" Le paccage qui est audessus du moulin qui va aboutir depuis led(it) moulin jusques à l'écluze est de contenance de cinq seterées que mes mèmes tenantiers du village du nogier prétendent que led(its) paccages leur appartient, quoiqu'il soit envue par le susd(it) traite qu'ils nauront precente que les fonds qui sont entre le canal conduisant l'eau aud(it) moulin et le ruisseau attenant à icelui moulin appartenant au benefice, cure de Marcillac, les paccages étant compris dans une palpe de leur village, et en ayant une lèpre de possession, ce qui leur a été fortement contesté par le possesseur du moulin, et comme il n'est point de notre commission d'entrer dans cette discussion, n'ayant rapporté l'exposé cydessus que par manière d'observations, nous avons estimé les fonds adjacents aud(it) moulin sous la déduction néammoins de paccage et usage des tenantiers de nougier, attendu qu'il nous a point paru etre contesté, et de deduction aussy faite des autres charges es impositions etre du revenu net de la somme de six livres....cy 6

" Total du revenu dud(it) moulin, pré, jardin et paccage, ainsy que la pecherie(8) la somme de cent trois livres....cy 103

" .........

 

Lorsque son revenu est estimé, ce quinze novembre 1790, le moulin de Jaloux est donc déjà un vieux moulin, menaçant ruine. L'importance des réparations à y réaliser n'inquiètera pourtant pas ceux qui veulent s'en rendre acquéreurs puisque, mis en vente aux enchères publiques un peu plus d'un an après son estimation, il va être l'objet d'une âpre bagarre(9).

" Aujourdhuy onze janvier mil sept cent quatre vingt douze au bureau du Directoire du District de Tulle, et à la requette de Mr le Procureur Général Syndic du département de la Corrèze, en suivant la souscription qui a été faite par le Sr Chaumont, citoyen de Tulle, pour l'aquisition du moulin de Jaloux et autres fonds en dépendant, appartenants à la cure de Marcillac, estimés cent trois livres de produit brut suivant le procès verbal des Srs Laveyrie et Soustres du 15 9bre 1790 suivant encore les publications, affiches et enchères des 12, 20 et 28 X eme derniers, portant fixation à ce jour pour la vente deffinitive.

" En conséquence, il a été procédé en présence du Sr Géraud Miginiac, officier municipal commissaire nommé à cet effet par la municipalité de St Pardoux la Croizille, et après avoir fait lecture de la souscription du Sr Chaumont, du procès verbal d'estimation, et des différents décrets relatifs à la vente des Biens Nationaux.

" Et attendu qu'il a été observé, qu'il avait eté fait des reclamations par les habitants du nogier(10) pour droit de paccage sur le pré bas et qu'ils réclamoient meme un droit de propriété sur l'emplacement qui forme une espèce d'isle entre le canal du moulin et la rivière, il a été annoncé que la nation, sans approuver cette réclamation ne demeurerait garante de rien, mais vendoit tous ses droits sur cet objet, sans aucune garantie de sa part, l'acquereur devant se trouver seulement en son lieu et place.

" Il a été allumé un premier feu(11) pendant la durée duquel il a eté dit que l'objet cy dessus etait porté à la somme de deux mille deux cent soixante six livres.

" Le Sr Miginiac de St Pardoux a encheri à deux mille cinq cent livres, signé Miginiac.

" Noel Chassagnac de Marcillac a enchéri à quatre mille livres et n'a seu signer.

" Le premier feu s'etant eteint, il en a eté allumé un second, pendant la durée duquel le Sr Miginiac de Clergoux(12) a enchéri à six mille livres et a signé, signé Miginiac.

" Martial Traverse de Marcillac, a enchéri à six mille deux cent livres et a signé, signé Traverse.

" Le second feu s'étant eteint, il en a été allumé un troisième pendant la durée duquel le Sr Miginiac de St Pardoux a enchéri à six mille cinq cent livres et a signé, signé Miginiac.

" Le troisième feu s'étant eteint, il en a été allumé un quatrième, pendant la durée duquel Jean Galandou a enchéri à six mille six cent livres, et a signé, signé Galandou.

" Le quatrième feu sétant eteint, il en a eté allumé un cinquième pendant la durée duquel le Sr Miginiac a enchéri a six mille sept cent livres et a signé, signé Miginiac.

" Noel Chassagnac a enchéri à six mille huit cent livres et n'a seu signer.

" Le cinquième feu sétant eteint, il en a été allumé un sixième pendant la durée duquel le Sr Miginiac de St Pardoux a enchéri à six mille huit cent cinquante livres et a signé, signé Miginiac.

" Le sixième feu s'etant eteint, il en a eté allumé un septième pendant la durée duquel Jean Galandou a enchéri à six mille neuf cent livres et a signé, signé Galandou.

" Le septième feu sétant eteint, il en a eté allumé un huitième pendant la durée duquel le Sr Miginiac de St Pardoux, a enchéri à six mille neuf cent cinquante livres et a signé, signé Miginiac.

" Le huitième feu sétant eteint, il en a été allumé un neufvième pendant la durée duquel le Sr Miginiac de Clergoux a enchéri à sept mille livres et a signé, signé Miginiac.

" Le neufvième feu sétant eteint, il en a été allumé un dixième pendant la durée duquel Jean Galandou a enchéri à sept mille cinquante livres et a signé, signé Galandou.

" Le dixième feu sétant eteint, il en a été allumé un onzième pendant la durée duquel le Sr Miginiac a enchéri à sept mille cent livres et a signé, signé Miginiac.

" Le onzième feu sétant eteint, il en a eté allumé un douzième, pendant la durée duquel Jean Galandou a enchéri à sept mille cent cinquante livres, et a signé, signé Galandou.

" Le douzième feu setant eteint, il en a eté allumé un treizième pendant la durée duquel les Sr Miginiac frères ont demandé la préference, savoir lainé a declaré prendre les fonds et le jeune le moulin, et ont signé, signé Miginiac, Miginiac.

" Jean Galandou a enchéri à sept mille cent soixante quinze livres et a signé, signé Galandou.

" Le treisième feu sétant eteint, il en a eté allumé un quatorzième pendant la durée duquel le Sr Miginiac de St Pardoux a enchéri à sept mille deux cents livres et a signé, signé Miginiac.

" Le quatorzième feu sétant eteint, il en a eté allumé un quinzième pendant la durée duquel Jean Galandou a enchéri à sept mille deux cents vingt cinq livres et a signé, signé Galandou.

" Le quinzième feu sétant eteint, il en a eté allumé un seizième pendant la durée duquel le Sr Miginiac de St Pardoux a enchéri à sept mille deux cent cinquante livres et a signé, signé Miginiac.

" Le seizième feu sétant eteint, il en a eté allumé un dix septième pendant la durée duquel personne n'ayant surenchéri, led(it) moulin de Jaloux avec ses appartenances a eté adjugé aud(it) Sr Miginiac de St Pardoux, à la charge par luy d'en payer le prix en conformité des décrets, et led(it) Sr Miginiac a signé avec nous ......."

 

Géraud Miginiac venait ainsi d'acquérir le moulin de Jaloux pour un prix égal à soixante dix fois le revenu annuel estimé par les experts.

Géraud Miginiac habitait le Noger depuis le 18 Février 1784, date à laquelle il avait épousé Demoiselle marianne Gueunye, fille à feu Sieur Jean Joseph Gueunye. Il venait de Clergoux mais était originaire, comme tous ceux du nom, du petit village de Miginiac sur la paroisse de Champagnac la Noaille. Au Noger, il avait trouvé à sa mesure la belle propriété familiale des Gueunye et il aimait habiter la grande maison avec sa tour carrée et son four à pain. A Saint-Pardoux-La-Croisille, il était déjà un des élus du Corps municipal(13) et il espérait aller beaucoup plus loin dans ses ambitions(14). On ne sait pas ce que lui coutèrent les réparations de "Son" moulin mais trente quatre ans plus tard, il dût remettre la main à la bourse, le feu ayant pris au moulin(15).

Dans son "Histoire de Tulle", Etienne Baluze(16) insiste sur l'importance des moulins en rappelant plusieurs fois que "c'est par la construction du moulin à eau que les moines commencent la prise de possession d'une paroisse". Construire et entretenir un moulin coûtait fort cher et seuls des seigneurs, souvent écclésiastiques, pouvaient s'en charger. En contrepartie, la possession du moulin permettait une ponction directe sur la production de toutes les exploitations paysannes environnantes(17). Le meunier prélevait ainsi, habituellement, le seizième des grains qu'on lui donnait à moudre et quelquefois beaucoup plus(18). La réputation de friponnerie qu'on lui attribue est certainement née de cette ponction forcée et le meunier est devenu le chapardeur de farine : " Molinièr, farinièr: trauca sac, pana blat!", Meunier, farinier: troueur de sac, voleur de blé !(19).

En limousin, le moulin à eau est, de loin, le plus répandu. Le mariage de la technique hydraulique et des eaux vives y était propice et il se multipliera dès le Xème siècle. Le moulin à grain était toujours présent, comme le four, dans l'environnement d'un village mais existaient également des moulins à foulon(20) et des moulins à huile.

Les vieux villages du Noger, de Charles et de Lantourne, sur les hauteurs de la vallée du Doustre, ont été habités depuis des temps très anciens(21) et ont toujours eu leurs moulins. Si, comme on l'a vu, la plus ancienne mention du moulin de Jaloux date de 1709, les paysans du Noger préservaient, au même moment, l'évocation d'un autre vieux moulin. Le nom qu'ils donnaient à chaque parcelle de leur propriété est, en effet, un toponyme(22) et un morceau de mémoire de l'histoire locale et lorsqu'ils énumèrent ces parcelles à l'arpenteur Jean Verdier, ce 28 octobre 1709(23), ils citent :

" ...... une bouige appelée de Jalou qui confr(on)te a la riviere de Doustre es a la levade du moulin de Jalou .....

" ...... une (autre) bouige appellée de Jalou confr(on)te a la riviere de Doustre d'autre coste avec la levade du moulin, d'autre coste .....

" ...... une bouige es rocher appellé De Surlalevade del Chambon confrontant par le bas a la levade du moulin es d'autres costes .....

" ...... une (autre) bouige appellée deJalou confrontant a la rivière de Doustre d'autre coste avec la levade du moulin .....

" ...... une bouige es brossier appellée De las Planos es Sur lalevade Del Chambon confrontant du levant a la levade du moulin d'autres costes a bouige .....

 

"Del Chambon", ce nom a des origines qui remontent à la nuit des temps puisqu'il est né de "cambo", mot celtique signifiant "la courbe d'un cours d'eau". Le toponyme est donc très ancien mais il ne faut pas, pour autant, attribuer à ce nom une antiquité remontant aux gaulois. Il a en effet été transmis, par la langue gauloise, au bas-latin puis à l'occitan(24). Ce nom était encore en usage bien après la conquète romaine.

Plus que le nom d'une parcelle, les paysans du Noger, et Géraud Miginiac avec eux, nous ont transmis une page de l'histoire du "moulin Del Chambo"(25)  dans un vieux manuscrit rédigé en latin (26), soigneusement préservé de génération en génération:

" In nomine Domini Amen ...... le 16 Juillet 1520 ........

" ..... Dans la maison de Maître Bernard Chieza, Notaire royal public du lieu de Montaynaco, actuellement décédé ......

" ...... ont été personnellement constitués ...... Vénérable et Religieux frère Egidio de Saint Exupéry de Miramonte, de l'ordre de Saint Benoît, Recteur des églises paroissiales de Sainte Cirice et de Saint Martin de Marcillac, diocèse de Limoges, pour lui et ses successeurs ......

" ........ et prudent(27) homme Stephano Del Nogier pour lui et en ce qui le concerne et au nom de Joannis son fils et sa femme Joannes dîte Jonicot pour lui et ce qui le concerne et au nom de Joannis Begola son gendre et Francisca sa femme.

" Joanne Del Nogier fils de feu Antoine dît le Licencié(28), en son nom et au nom de Guillermi son frère qui promettent faire ratifier tout ce qui est écrit ci-après ...... sous obligation et hypothèque de tous leurs biens.

" et Pierre dît Bolar Del Nogier tenancier du Manse del Nogier paroisse de Saint Pardoux la Croisille en limousin ...... pour lui et ses héritiers et sucesseurs ......

" .......... comme il a été question, débats, procès entre les parties et qu'ils ont peur qu'il en adviendra plus grand procès ........ et pour l'éviter ........ les parties se sont convenues entre elles ......

" ...... Le Chapelain ou Recteur a dit et assuré qu'il lui appartient à titre de juste bien le Moulin et pré del Chambo avec ses meules, ses levades et autres appartenances situées dans la rivière de Doustre ......... se confrontant avec la rivière de Doustre et avec le chemin public par lequel on va du lieu de Marcillac au lieu de Saint Pardoux la Croisille et avec les appartenances des mas Del Nogier, mas de Claris et mas de Charlo(29) ......

" ......... et que ses prédecesseurs ont tenu depuis l'antiquité ledit moulin et pré avec toutes les appartenances, recevaient la mouture des meuniers et ramassaient les foins dudit pré et livraient le foin à sa disposition selon sa volonté et que lui, il était en bonne possession et disposition de ces choses.

" ......... et le dict Egidio Chapelain, pour conservation de ses droits à impétrer des lettres royales, en tant qu'écolier privilégié de l'université de Bordeaux, à la cour du Seigneur Conservateur des Privilèges royals de Bordeaux ......

" ........ en vertu de ces lettres, il a fait tenir dans sa main ........ ledit moulin et pré ci dessus confronté avec ses appartenances et il a fait interdire aux dits Nogier et n'importe qui d'autre de ne l'empêcher ni perturber dans la jouissance et la possession des dits moulins et pré sous peine de cent livres d'amende au profit du Roi.

" ......... lesdits Nogier ont déclaré et assuré que ledit moulin et pré del Chambo ci dessus confronté et désigné leur appartient et qu'ils ont arrenté de Chapelain moderne de Marcillac sous le cens annuel de huit cetiers de bled seigle et qu'ils ont passé l'acte d'arrentement devant le chapître de Limoges ......

" ...... ledit chapelain disait et assurait que ledit Chapelain moderne ne pouvait pas arrenter ledit moulin et pré et qu'il ne pouvait pas causer préjudice au Chapître de Limoges ......

" ...... alors lesdits Del Nogier disent et assurent le contraire audit Chapelain ......

" ...... enfin après plusieurs altercations ........ lesdites parties voulant éviter procès, questions, débats et voulant éviter des dépenses excessives se sont convenues entre elles de leur propre et spontanée volonté, sans être forcés ni induits de dol ou mal ou peur ou fraude ou machination quelconque ou action illicite mais de propre volonté selon la voie de droit et en forme qui devrait se sont convenus composition amicale, transaction et accord entre eux dans la forme qui suit ......

" ......... lesdits Del Nogier ........ cassent et annulent l'arrentement à eux faits par le Chapelain de Pierrebuffière et autorisé et confirmé par le Chapître de Limoges ... et ils consentent que ledit Chapelain de Marcillac et ses successeurs réutilisent, réédifient, réparent ledit moulin dans son état avec ses levades et les mettent dans l'état premier ......

" ......... Egidio de Saint Exupéry ......... a promis de payer auxdits Del Nogier douze livres monnaie courante pour les meules dudit moulin et autres choses exposées par les Del Nogier, ledit Chapelain sera tenu et devra faire faire une pêcherie et devra curer les canaux dudit moulin et devra faire venir l'eau jusqu'au canal et lesdits Del Nogier devront emmener l'eau audit pré et irriguer chaque année et porter le foin avec leurs boeufs et avec un char de quatre roues(30) à savoir trois charettes de quatre roues de foin chaque année qui sera reçu par ledit Chapelain au lieu de Marcillac ......

" ......... et ils auront le pacage et le paturage et le bouyriou(31) chaque année à perpétuité à l'avenir à partir de la fête de l'Assomption de Notre Dame jusqu'à la fête de l'Annonciation de Notre Dame(32) ......

" ...... et ils en jouiront avec leurs animaux gros comme petits ......

" ......... plus il était stipulé entre les parties que chaque fois que ledit moulin sera en réparation et où il sera arrêté, ledit Chapelain en jouira et lesdits Del Nogier seront quitte alors des huit cetiers de bled seigle ....... cens et rentes et il ne demandera rien d'autre. Et en contrepartie lesdits Del Nogier ne demanderont rien de plus ......

" .... de plus, il a été décidé entre les parties, de consentement mutuel, que quand le moulin et pré seront sans patron(33), alors lesdits Del Nogier jouiront de plein droit du moulin et appartenances de telle façon qu'ils paieront pour les temps rétroactifs chaque année lesdits cens et rentes à chaque fête de Saint Julien sous obligation de tous leurs biens ......

" ...... ensuite, il a été accordé entre les parties et d'un commun accord et volonté qu'en cas où le Chapelain et successeurs voudrait rétablir un homme pour meunier audit moulin, que celui-ci use des herbages et pré comme un des hommes Del Nogier ......

" ...... les parties jurent de tenir les présents accords entre eux à la vie et à la mort ......

 

Ce même jour du 16 Juillet 1520, Egidio de Saint Exupéry de Miramonte, d'une noble et puissante famille(34), Recteur des églises paroissiales de Sainte Cirice(35) et de Saint Martin de Marcillac(36) donnait par testament à ses successeurs le moulin et pré Del Chambo(37).

Lorsqu'il rentra au Noger, le douze janvier 1792, Géraud Miginiac ne s'attarda pas dans la maison familiale. Il descendit jusqu'au Doustre et resta longtemps à regarder "son" moulin. Il était fier et ne regrettait pas ses sept mille deux cent cinquante livres. Au Noger, les Del Nogier s'étaient éteints dans les Gueunye, les Gueunye s'étaient éteints dans les Miginiac et lui, premier Miginiac du Noger, venait de reprendre le moulin de Jaloux, autrefois appelé Del Chambo et propriété de la famille, à ceux qui s'en étaient emparés le 16 Juillet 1520, les Seigneurs curés de Marcillac.

 

Notes

1 - Ou Lac de Marcillac, La Valette étant le petit hameau qui a donné son nom au barrage qui romp les gorges du Doustre. Ce lac a été vidé cet automne 1992, pour la deuxième fois depuis sa création en 1949. [Retour au texte]

2 - La levade était le canal de dérivation de l'eau de la rivière qui alimentait le moulin. Lorsque le meunier voulait mettre en mouvement les meules de pierre, il détournait l'eau de Doustre dans la levade du moulin. La vitesse de l'eau était accélérée à débit égal par la plus faible section du canal et la roue à aube (rouet) était ainsi alimentée en force. [Retour au texte]

3 - "Palpe du tènement de Batut", établi le 28 Octobre 1709 - Archives privées du Noger. [Retour au texte]

4 - Les Biens d'église furent confisqués par une loi du 2 novembre 1789 que Mirabeau fit voter par les Etats Généraux pour "la mise à la disposition de la Nation des biens du Clergé". Il était urgent de renflouer les caisses vides du Trésor. [Retour au texte]

5 - Archives privées du Noger - "Extrait de l'estimation faite par les sieurs Laveyrie et Soustres des Biens Nationaux situés dans la municipalité de St-Pardoux-La-Croisille". [Retour au texte]

6 - Oüil ou uelh, oeuillard, ouverture au centre de la meule. [Retour au texte]

7 - La Seterée était une mesure de surface qui valait, à Saint-Pardoux-La-Croisille, 16,477 ares. L'émine valait la moitié d'une séterée, la quarte la moitié d'une émine, la coupe le tiers d'une quarte. [Retour au texte]

8 - Autrefois les saumons remontaient le Doustre jusqu'au "gorg de Croque-Louve", en aval du pont de Fioux et on le pêchait à la fouëne, sortes de fourches armées d'ardillons. Chaque moulin avait également sa "pêcherie" ou "peyssière" dans laquelle on les piègeait lorsqu'ils remontaient le ruisseau au terme de leur longue et épuisante migration. [Retour au texte]

9 - Archives privées du Noger, "Extrait du Registre des Adjudications des Biens Nationaux, District de Tulle, n° 34, onze janvier 1792". [Retour au texte]

10 - Dont Géraud Miginiac lui-même. [Retour au texte]

11 - Enchères à la bougie. [Retour au texte]

12 - Blaise Miginiac, de Clergoux, était le frère de Géraud Miginiac de Saint Pardoux. [Retour au texte]

13 - Le 14 Décembre 1789, les Constituants avaient adopté une loi municipale substituant le système communal à celui des paroisses d'Ancien Régime. Le Corps municipal était composé d'Officiers municipaux et dirigé par un Maire - in Lemouzi n° 110, "Le Pays Limousin sous la Révolution - Formation et évolution de l'organisation territoriale et administrative de la Corrèze de 1790 à l'an VIII", par Gilles Quincy. [Retour au texte]

14 - Le 10 Aout 1793, il sera cité comme l'un des 70 députés représentant les cantons corrèziens à la fête de la République à Paris, bien que la légende familiale ait toujours prétendu qu'il ne quitta pas la Corrèze - in Lemouzi n° 111, "Le Pays Limousin sous la Révolution". Il deviendra également Maire de Saint-Pardoux-La-Croisille. [Retour au texte]

15 - Archives privées du Noger, "Etat des journées que les ouvriers ont employé pour ma réparation de jalout, par lincendie quil mest arivé le 7 may 1826". [Retour au texte]

16 - Bibliothécaire de Colbert, 1630 - 1718. [Retour au texte]

17 - Georges Duby - "l'économie rurale et la vie des campagnes dans l'occident médiéval" - Flammarion. [Retour au texte]

18 - Pierre Goubert - "La vie quotidienne des paysans français au XVIIe siècle" - Hachette. [Retour au texte]

19 - Guillaume Plas - "Mon village m'a dit ..." [Retour au texte]

20 - Les moulins à foulon ou moulin "draperetz" servaient à fouler le drap pour le dégraisser et resserrer le tissu. [Retour au texte]

21 - " Del Nogier, ou la belle histoire d’une petite terre corrézienne ", à paraître. [Retour au texte]

22 - La toponymie se propose de rechercher la signification et l'origine des noms de lieux. [Retour au texte]

23 - Archives privées du Noger, "Palpe du tènement du Batut", déjà cité. [Retour au texte]

24 - "Noms de lieux de la Corrèze", Marcel Villoutreix, Travaux d'Archéologie Limousine - 1992. [Retour au texte]

25 - "Molindinum Del Chambo". [Retour au texte]

26 - Archives privées du Noger, "Transaction latine du 16 juillet 1520 entre le curé de Marsillac et les tenanciers du Nogier touchant le moulin et pré Del Chambo". Nous en devons la traduction à l'aide de Tibor Pataki dont l'érudition est connue de tous les historiens limousins. [Retour au texte]

27 - Se disait d'une personne unanimement respectée pour sa sagesse ou sa prudence proverbiale. [Retour au texte]

28 - Antoine était très certainement un érudit, licencié dans un des deux droits, civil ou canonique. [Retour au texte]

29 - La localisation du moulin est vague et imprécise mais tout indique qu'il est situé sur le même emplacement que le moulin de Jaloux. La courbe importante de la rivière à cet endroit justifie l'appellation "Del Chambo" et les confrontations laissent peu de doute sur une identité de site. Le seul autre endroit possible pour mériter le nom "Del Chambo" se situe plus en amont de la rivière, au confluent entre le Doustre, le ruisseau d'Eglande et le ruisseau de La Fon Blanche. Cet endroit ne justifie par contre aucunement la confrontation avec le "mas" de Charles (mansorum da charlo), situé plus en aval et impose celle du "mas" de Lantourne. [Retour au texte]

30 - "..... cum eorum bobus et quadrigio videlicet tres quadrigatas foeni quolibet anno locum de marciliaco ....." [Retour au texte]

31 - Boirriu ou regain dont la coupe ou le pacage était la source de conflits fréquents. [Retour au texte]

32 - Soit du 15 aout au 25 Mars. On retrouve ici le même droit de pacage accordé sur les appartenances du moulin de Jaloux, ce qui confirme définitivement l'hypothèse d'identité entre les deux moulins. [Retour au texte]

33 - "inapsina", quand l'église sera sans patron. [Retour au texte]

34 - Miremont était une puissante forteresse d'Auvergne, fief des Saint-Exupéry. [Retour au texte]

35 - Eglise de la Croizille, dédiée à Saint Cirise de Tarse, ou église basse de Marcillac. [Retour au texte]

36 - Eglise haute de Marcillac, dédiée à Saint Martin. [Retour au texte]

37 - Poulbrière, "Dictionnaire des paroisses du Diocèse de Tulle", Tome II p. 158-159. [Retour au texte]



















Editions Jean-Philippe Miginiac - Poésie, Art numérique, Histoire & Archéologie, Géopolitique ... 

All rights reserved
Tous droits réservés, reproduction interdite
Copyright Jean-Philippe Miginiac

http://www.unegalerie.fr

mail to  kxwvsrtgf  jpmiginiac   uhsfvers  [ at ]  mxxkgapfd  yahoo.com